Retour

On se souvient – Seconde Guerre mondiale

Alors que le Canada marche dans les pas de la Grande-Bretagne après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le 1er septembre 1939, Charles Fleetford Sise, Jr.Junior, président de Bell, annonce ceci : « Le Canada, accompagné de la Grande-Bretagne et des nations sœurs de l’Empire, est de nouveau en guerre […] Chacun a son rôle à jouer. » L’équipe Bell répond à l’appel avec une détermination à toute épreuve, prenant en charge des exigences professionnelles et personnelles pour faire face aux défis de la guerre.

Au total, 2 543 employés de Bell se sont enrôlés dans les Forces armées canadiennes ou ont été « prêtés » pour des tâches techniques ou autres travaux. La majorité des membres de l’équipe Bell qui se sont enrôlés entre septembre et décembre 1939 ont choisi de faire partie du Corps royal canadien des transmissions, puisque ce genre de service militaire nécessitait une formation en communications.

L’expertise, le talent et le dévouement de l’équipe de Bell sont tous mis à profit dans l’effort de guerre. Les femmes reçoivent des formations pour occuper des postes dans des domaines traditionnellement masculins, comme le travail dans les centraux, le ramassage de la monnaie dans les téléphones publics et la livraison d’annuaires.

Les membres de l’Auxiliary Aid Association of Telephone Employees préparent des colis de Noël pour les employés en service outremer. Le groupe Blue Bell Bullets, connu pour offrir l’un des meilleurs spectacles présentés par des civils au Canada, fait partie des cinq groupes sélectionnés pour divertir le personnel militaire en Grande-Bretagne et en Europe. 

Pendant l’été de 1945, de plus en plus des trains transportant des troupes en direction de l’ouest du pays transitent par Montréal. Les services téléphoniques pour les vétérans de retour au Canada deviennent la priorité. Faisant preuve d’une grande ingéniosité, les techniciens de Bell aménagent des circuits téléphoniques et font passer des câbles par-dessus des clôtures et sous des voies ferrées pour installer des bornes d’interurbain. Les soldats peuvent ainsi communiquer avec leur famille et leurs amis avant de remonter à bord d’un train. Les représentants des services de Bell sont sur place pour les aider et les mettre rapidement en contact avec une téléphoniste.

Le 27 août 1945, Frederick Johnson, président de Bell, reçoit le communiqué suivant du major général W.C. Ingles, chef du service des transmissions, Forces armées américaines : « La Compagnie de Téléphone Bell peut être fière, et avec raison, de son titre de guerre […] Au nom du ministère de la Guerre, je souhaite exprimer ma sincère reconnaissance à […] tout son personnel, dont les immenses sacrifices et le dévouement patriotique ont contribué à l’obtention d’une victoire retentissante. » Parmi les 2 543 employés de Bell qui se sont enrôlés, 95 ont fait l’ultime sacrifice.