Retour

Les années 1920 : les progrès de la technologie en matière de téléphonie

Alors que les technologies entourant les communications évoluent rapidement dans les années 1920, Bell continue de tirer parti de ses publicités afin d’informer le public à propos de ses plus récentes innovations, incluant le service longue distance et le service de commutation automatique. M. Neill, du département commercial de Bell, a dit : « Nous devons informer les gens sur le rôle que joue notre compagnie auprès de la communauté. Nous devons continuer à tirer parti des publicités afin de faire connaître la nécessité du service téléphonique. » Le slogan de la nouvelle campagne publicitaire « Mieux vous connaîtrez le téléphone, mieux vous pourrez vous en servir » vise alors à expliquer la complexité du système téléphonique et demander la coopération du public pour assurer un service de qualité.  En plus des journaux, Bell utilise d’autres formats publicitaires, notamment des présentoirs dans les vitrines des grands magasins. Dans le cadre de la « Semaine du Téléphone », Bell ouvre également ses emplacements de travail au public dans plusieurs villes.

Durant les années folles, la popularité croissante du service longue distance donne lieu à plusieurs initiatives publicitaires. Le responsable de la publicité chez Bell de l’époque, C.E. Fortier, écrit : « La compagnie prévoit prendre tous les moyens possibles pour présenter le téléphone comme un outil au service du public et le service longue distance n’a pas encore été exploité. » Des campagnes de publicité majeures sont donc lancées pour faire connaître ce service. Bien que la première campagne de publicité s’adresse au grand public, la compagnie adopte ensuite une approche spécifique destinée aux gens d’affaires de divers secteurs d’activités.

La question soulevée dans les publicités de l’époque est la suivante : pourquoi se contenter d’un seul téléphone dans la maison alors qu’il est possible d’avoir un appareil supplémentaire dans la cuisine ou la chambre, et ce, à un coût abordable? En 1921, Bell lance à Noël sa première campagne axée sur la convivialité des téléphones secondaires, c’est-à-dire des appareils supplémentaires branchés sur la même ligne téléphonique.

Cette décennie marque également un tournant majeur dans l’histoire de Bell en matière de technologie grâce à l’introduction du service de commutation automatique, officiellement inauguré le 19 juillet 1924 au central Grover, à Toronto. Le passage du téléphone manuel au téléphone automatique est un changement radical pour les abonnés à l’époque, nécessitant de vastes campagnes publicitaires et de relations publiques, incluant des dépliants éducatifs et des publicités imprimées. À la fin de l’année 1926, on compte six centraux automatiques en service sur le territoire de Bell, desservant 60 000 abonnés. 

Au tournant des années 1920, les téléphonistes du Québec et de l’Ontario reçoivent chaque jour environ 140 000 appels d’abonnés qui demandent l’heure exacte au moment de leur appel! En février 1923, des publicités sont mises de l’avant afin d’informer les abonnés que cette pratique doit cesser puisqu’elle constitue une surcharge de travail pour les téléphonistes et nuit ainsi à la qualité du service offert aux autres clients. Quelques années plus tard, afin d’accélérer le service téléphonique local, Bell décide également que les téléphonistes ne répéteront plus le numéro demandé par l’abonné; elles répondront plutôt par un simple « Merci ».