Retour

1914 à 1918 : troubles politiques et innovations technologiques

La période de 1914 à 1918 couvre à la fois le désordre causé par la Première Guerre mondiale et les grandes avancées technologiques. Parmi celles-ci, on compte le premier appel longue distance entre New York et San Francisco, la première transmission de la voix de l’autre côté de l’Atlantique, et l’inauguration du service de téléphone longue distance entre Montréal et Vancouver.  

Comme les Canadiens sont principalement concentrés sur l’effort de guerre, les dirigeants de Bell de l’époque suggèrent que 1917 soit reconnue comme une « année axée sur le service ». L’entreprise met ainsi l’accent sur les clients existants plutôt que sur la sollicitation de nouveaux abonnés. Durant cette période, les publicités de Bell cherchent à donner l’impression que les entreprises, en particulier celles qui fournissent des services de communications, sont nécessaires et bénéfiques pour le bien commun. C.E. Fortier, alors responsable de la publicité, écrit : « Nous croyons que cette publicité a eu un effet positif en permettant à nos clients de mieux comprendre notre compagnie et d’apprécier à sa juste valeur notre désir de donner un excellent service à la clientèle. »

Alors que la guerre se poursuit, Bell fait face à plusieurs défis en termes de pénurie de personnel et de matériaux. Une nouvelle campagne de publicité est lancée afin d’obtenir la coopération du public. C.E. Fortier écrit : « La grande rareté des matériaux qui composent le téléphone, combinée à l’absence de sollicitation de nouveaux clients, représente une excellente occasion de donner un angle purement éducatif à nos publicités. » Éduquer le public sur la technologie qui soutient la téléphonie et sur la façon dont les Canadiens peuvent protéger les infrastructures de communications s’avère une bonne stratégie, et contribue à assurer un service de haute qualité durant les années de guerre.

C’est en 1918 que la Première Guerre mondiale prend fin. Cette année est également marquée par l’épidémie de grippe espagnole. Comme toujours, les employés de Bell répondent à l’appel et travaillent au-delà des heures régulières pour pallier l’absence de leurs collègues malades et répondre à la hausse de la demande pour nos services.